blog-voyage-couple-parfums-de-liberte-leo-et-julie-petit-budget-visiter-italie-milan-milano-duomo-visite-top-3-musee-manger
Italie

Top 3 incontournables en une journée à Milan

Spread the love

 

Milan en deux mots

Milan est sans doute la ville la plus luxueuse que nous ayons eu à visiter jusqu’alors. Cette première impression est ressentie dès la sortie de la bouche de métro (oui, on ne va pas se mentir, l’aspect chic ne va pas jusqu’au métro). Elle émane des nombreuses façades à l’architecture raffinée, des dizaines de musées croisés sans les chercher, de son gigantesque Duomo, et de pléthore de trésors artistiques. Milan est aussi la capitale de la mode. Dans le centre-ville, l’apparence est clairement une priorité et les logos des grandes marques sont visibles partout. La capitale du Nord, poumon économique, contraste avec la campagne de la région des Lacs.

Notre arrivée à Milan

Comme indiqué dans notre article sur les ZTL en Italie, notre arrivée à Milan fût assez stressante. Pour rejoindre le “camping village city of Milano”, le plus proche de la mégalopole, nous avons failli entrer dans la ZTL et gagner notre centaine d’euros d’amende. Toutes les rues perpendiculaires au camping sont en ZTL, malgré le fait qu’il soit à 15 km du Duomo soit 35 minutes en voiture. De  plus, l’argument des ZTL consistant à réduire la circulation dans les centre-villes   historiques tient moyennement. Ici, ce sont plutôt des zones industrielles et des petits immeubles de banlieue qui composent l’environnement. 

Avec une tente de toit, une voiture et deux personnes, la nuitée au camping coûte 35,50 €. Le camping est un peu à l’abandon, sale mais le personnel est gentil. On nous explique simplement comment se rendre au Duomo en une cinquantaine de minutes. Google reste notre meilleur ami pour les transferts campings-spots touristiques. En effet, contrairement à Caen sur ce point arriérée, presque toutes les villes ont connecté le réseau de transport en commun avec Google Maps. Il doit y avoir quelques plans d’eaux stagnantes autour du camping, les moustiques sont partout. Je fais le paratonnerre à moustiques pour Léo dès 17h.

Un contexte particulier

À Milan et dans sa région, 16 000 personnes sont mortes du coronavirus. C’est environ la moitié des décès Covid-19 comptabilisés dans toute l’Italie et ça se sent. Ici, on va au-delà du protocole, des obligations et des directives. C’est l’humain qui se protège et qui veut protéger les autres. On imagine que chaque milanais a perdu un proche senior ou connait une personne en deuil. Le métro est quasiment vide aux heures de pointe. Même lorsque la rame se remplit, personne n’oserait s’asseoir sans laisser deux sièges libres avant le voisin. Dans l’ascenseur, on monte rarement avec une personne hors de son foyer. Au musée, on applique strictement la marche-en-avant. 

A ce propos, lorsque le bus atteint son nombre maximum de voyageurs, il n’en prend plus. Vous pouvez donc rater votre bus sans le rater. Il faut se munir d’un ticket de transport avant de monter dans un bus, l’achat au conducteur n’étant plus possible. Le billet coûte 2€, dans des edicolas ou tabaccaio (bureaux de tabac).

Milan ne cesse de grouiller malgré ce contexte de crise sanitaire. Il y a de la vie, même si on se rend bien compte que la fréquentation est moindre. On avait par exemple lu dans plusieurs guides que la place du Duomo était bondée dès 10h du matin. Mais ça n’a pas été le cas lors de notre visite en septembre 2020. Pendant notre parcours au sein de la ville, voici les 3 lieux que nous avons préféré. 

N°3 : La galleria Vittorio Emanuele II

Cette prestigieuse galerie marchande se situe juste à côté de la place du Duomo. La magnifique verrière et les hautes lignes métalliques offrent une belle luminosité. Les grandes marques de luxe, restaurants et épiceries ont ici pignon sur rue. La construction de cette croix piétonne dura 11 ans, et son nom provient du roi qui l’a inauguré en 1878. Le sol de galerie abrite aussi un porte-bonheur milanais. En effet, il faut pour cela tourner 3 fois son talon sur les testicules du taureau de la mosaïque située au centre. 

N°2 : Le Musée Poldi Pezzoli

Nous avons souhaité visiter cette maison-musée car nous raffolions des “mansions” lors de notre voyage en Asie. Elles sont des maisons d’anciennes familles richissimes devenues des fondations ouvertes à la visite car elles présentent de véritables collections d’art. Pour l’exemple, the Blue Mansion érigeait ses propriétaires en demi-dieux malgré le fait que leur fortune provienne du commerce de l’opium. Ici en Europe, on ne valorise pas l’origine de la richesse de la famille mais bien les collections elles-mêmes.

Gian Giacomo Poldi Pezzoli était un grand amateur d’art et collectionnait des oeuvres majeures dans son appartement cossu. Chaque pièce correspond à un style historique (Renaissance, Baroque…) et l’endroit est magnifique. Nous n’avons, en revanche, pas du tout apprécié l’exposition temporaire contemporaine. Elle apportait une grande confusion et elle gênait parfois l’observation de la collection permanente.

Pour 7€, vous pourrez admirer des tableaux de Polaiolo (le fameux portrait féminin), Botticelli, Bertini, Bellini… et même Raphaël.  Poldo Pezzoli a aussi rassemblé ici des armures, des textiles, des horloges, de la verrerie, des céramiques, des meubles… Pour ce petit prix, la muséographie n’est cependant pas très travaillée et il faut s’armer d’un portable (Wikipédia est notre ami) en plus des quelques documents, pour rentrer dans les détails.

blog-voyage-couple-parfums-de-liberte-leo-et-julie-petit-budget-visiter-italie-milan-musee-duomo-top
blog-voyage-couple-parfums-de-liberte-leo-et-julie-petit-budget-visiter-italie-milan-visite-musee-culture-poldi
blog-voyage-couple-parfums-de-liberte-leo-et-julie-petit-budget-visiter-italie-milan-milano-duomo-visite-musee

N°1 : Le Duomo de Milan – ou la troisième plus grande église du monde

Visite

Le billet comprenant l’entrée au Duomo et l’accès au toit par l’escalier (108,5 mètres) coûte 13€. Rien à voir avec les prix donnés dans les guides et qui sont nettement inférieurs. Il faut trouver l’entrée de la billetterie, où l’on vérifiera votre température. Faites le tour de la cathédrale pour commencer par les escaliers menant au toit. L’effet Wahou est là. Tout ce marbre rose et blanc, les détails des 135 flèches érigées vers le ciel, les 3400 statues du toit… Chaque fois que le regard se pose, on se dit “comment ont-ils fait ?”. Nous n’avons pas choisi de prendre d’audioguide pour cette visite mais c’est typiquement le genre de lieux où on aurait peut-être dû.

La construction du Duomo de Milan a duré 6 siècles (début en 1386). A l’époque, la France et l’Angleterre concourent déjà pour la place de plus grande puissance européenne. L’Italie, personnifiée par Jean Galéas Visconti, se lance elle aussi dans le jeu du “Qui a la plus grosse cathédrale ?”. L’édifice symboliserait ici le souhait de devenir la capitale d’une monarchie nationale italienne.

Histoire

Il choisit donc le précieux marbre de Cabdoglia. Pour se le payer, il accorde d’importantes exonérations fiscales (comme quoi ça ne date pas d’hier !). L’expression « a ufo » qui signifie gratuit vient de là. Chaque bloc de marbre destiné au Duomo était marqué AUF pour signaler la suppression des taxes de transport pour cette marchandise. Pour apporter ce marbre, il dut inventer de nouvelles techniques d’édification. Il a fallu creuser des canaux pour acheminer les matériaux jusqu’au centre-ville.

La visite se poursuit avec l’intérieur, où nous pouvons observer de jolis vitraux. Ce qui marque surtout, c’est l’immensité du lieux. Étant passé sur le toit de marbre avant, on est surpris pas la prouesse de faire tenir ces milliers de sculptures sur les quelques larges piliers. Les architectes, les artistes, les sculpteurs ayant travaillé sur ce monuments sont nombreux. Modifications des plans, changements de décisionnaires, destructions, rénovations…

De tous ces travaux d’entretien est née une expression en dialecte milanais “Longh como la fabrica del Domm”, pour désigner quelque chose d’interminable. Bref, nous avons adoré et nous vous conseillons d’y aller aussi !

blog-voyage-couple-parfums-de-liberte-leo-et-julie-petit-budget-visiter-italie-milan-milano-duomo-visite-top-3-musee-interieur
blog-voyage-couple-parfums-de-liberte-leo-et-julie-petit-budget-visiter-italie-milan-milano-duomo-visite-top-3-musee-manger-fleche

Où manger ?

Avec notre petit budget, nous n’avons pas suivi les conseils de TripAdvisor pour cette fois. Les restaurants haut-de-gamme sont nombreux mais nous n’avons pas eu la chance de les tester. Nous avons opté pour 4 panzerotti chez Panzerotti Luini pour 11,30€ au total. Un délice (Lonely Planet). Impossible de manger sur place, mais les pâtes à pizza fourrées, cuites au four ou frites sont un régal pour les papilles.

Nota bene

L’histoire milanaise est riche et les passionnés d’Histoire pourront rester ici un mois sans s’ennuyer. Globalement, Milan fut la capitale de l’empire romain jusqu’en 402. Elle devint lombarde, carolingienne, espagnole, autrichienne, puis membre du royaume d’Italie en 1860. Pour l’anecdote, la cité est le foyer de Benito Mussolini dès 1919, année de création de son parti fasciste.

Pouvez vous nous consacrer 2 minutes pour nous faire un petit retour ?

  • Si nous devions réécrire cet article, que devrions-nous améliorer ?
  • Si nous devions réécrire cet article, que devrions-nous absolument conserver ?

Au plaisir de vous lire 

Léo et Julie 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.